Origines et Organisation

10 Unités de recherche - 3 objectifs



Le projet ViSA (VIdéos de Situations d’Apprentissage) a démarré en 2005 à l’initiative de chercheurs dans le domaine de l’éducation qui utilisaient la vidéo  comme données de recherche.

Au départ soutenu par un programme de recherche du ministère, par l’ENS-LSH (Ecole Normale Supérieure-Lettres et Sciences Humaines) et l’INRP (Institut National de Recherche Pédagogique), ce projet permis à un collectif de chercheurs de réfléchir sur une base de données permettant de mutualiser les enregistrements vidéo ainsi que sur leurs traitements et analyses. De 2008 à 2011, un réseau de plusieurs laboratoires (12) a été officiellement constitué et a travaillé avec trois objectifs: (1) mettre à disposition de la communauté des scientifiques des enregistrements vidéo d’enseignement et de formation avec des documents associés, (2) collecter de nouveaux enregistrements vidéo; (3) “outiller” les communautés de chercheurs pour gérer et traiter les enregistrements vidéos. Un rôle patrimonial était ajouté.

ViSA est devenue une Fédération de Recherche (Vidéos de Situations d’Apprentissage) regroupant 10 unités de recherche en janvier 2012.  ViSA a été évaluée par l’AERES en 2011 et l’HCERES en 2016. Ces deux évaluations ont mis en avant la très grande pertinence d’une telle structure pour la communauté des chercheurs en éducation. Elle a également reconnu l’expertise scientifique, technique, éthique et juridique constituée au fil des années par le collectif des chercheurs impliqués en relation avec des partenaires internationaux.

Le pilotage de ViSA est assuré par un comité de direction composé de 5 membres : 4 personnes issues des deux laboratoires porteurs de la fédération (ICAR et CREAD) et le président du comité scientifique (P. Venturini, EFTS). Les directeurs actuels de ViSA sont Laurent Veillard (ICAR) et Gérard Sensevy (CREAD). Le comité de direction met en œuvre les orientations scientifiques et techniques discutées et décidées par le Conseil Scientifique de la SFR, composés de représentants des 10 laboratoires adhérents à la structure fédérative, de l’UBO et de l’ENS de Lyon ainsi que de personnalités scientifiques extérieures.